Demain, vendredi, pendant la présentation du livre Prends le temps de penser à moi de Gabrielle Maris Victorin (cliquez ici pour plus d’information), le buste de Bernard Maris, feu son père, sera exposé à la librairie Ombres Blanches, à Toulouse. Nous espérons arriver à temps. Le buste de Marie NDiaye, deuxième version, sera également exposé.

« Mais faisons un rêve : lorsque l’économie et les économistes auront disparu, ou du moins auront rejoint « l’arrière-plan », auront aussi disparu le travail sans fin, la servitude volontaire et l’exploitation des humains. Régneront alors l’art, le temps choisi, la liberté. »

Bernard Maris (1946-2105), économiste, journaliste et écrivain portait un regard critique sur le discours d’autorité tenu par les économistes dominants. Admirateur de J. M. Keynes, il défendait une vision alternative à travers des concepts comme la gratuité, le don et le contre-don, le revenu d’existence. Il œuvrait à Charlie Hebdo sous le pseudonyme d’Oncle Bernard.

Actuellement à Paris, je n’ai pas le temps de continuer mon journal pour le moment. Ce week-end j’écrirai autour des expériences vécues à la capitale. Le titre ? « Un sculpteur et une poétesse gelés » ou « Comment trouver une place pour de nouvelles sculptures parmi les milliers d’oeuvres existantes » ou « Les Muretains s’amusent à Paris » … ou « D’une expo à une autre »… ou « La Louge me manque »… ou « Le sculpteur rend visite à sa fille » …

Je souhaite recevoir

une fois par mois

Le Journal d'un sculpteur.

Des réflexions, des anecdotes, des récits, des doutes, des questionnements... d'un sculpteur qui se sert des mots pour partager son univers.

Votre adresse-mail est inscrite avec succès !

Pin It on Pinterest

Share This