Buste d’Elio Di Rupo, président de la Wallonie et ancien Premier ministre belge

Buste d’Elio Di Rupo, président de la Wallonie et ancien Premier ministre belge

La Belgique a une tradition particulière, celle de laisser une trace de tous les Premiers ministres en faisant appel à un sculpteur. De ce fait, elle octroie à l’art une place importante dans la transmission de la mémoire, comme l’humanité l’a fait depuis la nuit des temps.

Inutile de dire que pour nous c’est un immense honneur de participer à cette tradition par la réalisation du buste d’Elio Di Rupo, et d’incarner ainsi l’essence d’un homme qui croit fermement à l’émancipation des êtres humains.

L’ancien Premier ministre est un fervent défenseur de l’Europe ; nous avons donc été invités en tant qu’artistes européens.

Pour un sculpteur, il est toujours très important de travailler d’après son modèle en direct. Nous avons eu la chance de compter deux fois sur la présence de Monsieur Di Rupo à notre atelier, une première fois pour que je puisse réaliser les volumes, la pose, et l’ébauche de ses traits, et une deuxième fois pour la finition, afin de capter les nuances de son expression. Nous le remercions pour sa confiance dans notre travail créatif et pour son effort de venir à Muret, ce qui nous a permis de mieux le connaître et de passer un bon moment avec lui, autour d’un repas confectionné par nous-mêmes, accompagné d’un vin de notre caviste Laurent (Ma Petite Cave).

© Inge Verhelst / La Chambre (Parlement belge) (les 8 images ci-dessous)

Je parle toujours au nom de Juliette et moi, car comme l’a très bien dit la Présidente de la Chambre des représentants, Mme Eliane Tillieux, nous formons un ensemble : « Notre gratitude va dès lors au tandem que forment Gérard Lartigue et sa compagne Juliette Marne. A deux, ils ont parfaitement mené à bien le projet… », a-t-elle indiqué dans son discours avant de dévoiler l’œuvre. Je tiens à mon tour à remercier Mme Eliane Tillieux pour son chaleureux accueil, pour ses mots de reconnaissance, et pour l’importance qu’elle réserve à l’art dans le domaine de la vie politique.

Je dois raconter une petite anecdote à propos de mon discours :

La veille j’avais préparé quelques lignes pour parler du buste. J’avais mis au centre de mon discours une description de l’œuvre que nous avions partagée avec le parlement belge dans nos échanges par mail. Quelques minutes avant mon intervention, la Présidente s’est dirigée à moi après avoir parlé longtemps de l’ancien Premier ministre, de sa vie difficile et de ses succès à force de constance et d’effort, et elle m’a présenté avec des mots élogieux et… elle a eu l’amabilité de citer mes mots, les mots que je m’apprêtais à inclure dans mon micro-discours. J’étais à la fois flatté de constater la place que la Présidente donne aux artistes, et paniqué de savoir que j’allais devoir improviser. Mon cerveau était devenu un espace vide. Je me voyais déjà devant l’assemblée (c’est le cas de le dire), complètement tétanisé, cauchemar typique, celui de se trouver devant un public sans savoir pourquoi. Il paraît que je m’en suis sorti à peu près. Les gens ont dû se dire que je parle mieux avec mes mains (comme l’a dit, d’ailleurs, Mme Eliane Tillieux) et que mon discours n’était qu’un simple geste pour remercier les personnes présentes. 

Voici l’extrait cité par la Présidente de la chambre :

« Elio Di Rupo est venu poser deux fois à Muret. Cela a permis aux deux hommes d’établir une relation plus approfondie et à l’artiste de le capter en tant qu’être humain, avec empathie, acuité et émotion. Voici ce que l’artiste dit de ce buste :

Le modèle est droit, mais pas rigide. Son expression est détendue avec un brin d’amusement, car on apprécie aujourd’hui une politique accessible, dynamique, qui se prête à l’empathie. Les lunettes ne posent aucun obstacle entre le spectateur et l’œuvre : elles sont à peine suggérées. De cette façon, son regard est plus direct. L’idée de la main dans cette posture est de montrer un geste de générosité, dans un mouvement de don de soi-même, tout en essayant de garder une espèce d’exemplarité dans l’honnêteté et l’écoute. Au fond, nous cherchons à donner de la politique l’image d’une force exemplaire et de grand engagement. L’autorité doit reprendre sa place, dans une nouvelle relation avec la société, teintée de franchise, de spontanéité et d’une certaine légèreté, tout en gardant le sens de la détermination nécessaire pour prendre de grandes décisions.

Depuis le modèle en terre glaise, en passant par le modèle en cire et finalement l’œuvre en bronze, réalisée à la fonderie des Cyclopes à Mérignac, la commission d’accompagnement de la Chambre, composée de Mmes Lanjri et Jadin, n’a pu que se féliciter de la réussite de chacune des étapes de la réalisation de ce buste. Tout était juste du premier coup. »

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo de l’inauguration :

Avant l’inauguration, nous avons parcouru de nombreux couloirs habités par des dizaines de bustes des personnages qui ont eu un rôle important dans l’histoire de la Belgique.

J’utilise le mot « habités » dans tous les sens du terme : les œuvres que Mme Sophie Wittemans nous a fait découvrir nous ont surpris par une qualité artistique rare, celle de la « présence ». La grande connaissance, accompagnée de simplicité et de générosité, de la Conservatrice du Palais de la Nation, nous a donné une vision générale de la collection d’art du parlement belge. L’œuvre des sculpteurs, parmi lesquels on trouve Égide Rombaux, Godefroid Devreese, Arthur Dupagne et même le Français François Rude, qui a réalisé le buste de Guillaume Ier, et des peintres (j’ai admiré en particulier un petit tableau de James Ensor, peintre qui a inspiré, soi dit en passant, feu le chanteur Arno, né à Ostende comme lui – je parlerai dans un autre article de notre soirée à la Grand Place de Bruxelles partageant avec les gens un concert du chanteur qui venait de partir), l’œuvre donc des sculpteurs et des peintres donne vie à ces espaces chargés de mémoire.

La vie est une série d’enchaînements étranges et inattendus : un jour nous recevons la commande du buste de l’ancien recteur de l’Université de Mons, Jacques Franeau, par son petit-fils, Gaspard Franeau. Lors du vernissage en 2018, Monsieur Di Rupo, en tant que bourgmestre de Mons, fait un discours où il décrit l’influence bénéfique que l’ancien professeur de physique a eue dans sa vie. Son soutien lui a permis d’avancer dans ses projets politiques. Quelques années plus tard, c’est au tour de l’ancien Premier ministre d’offrir ses traits, son expression, son regard comme inspiration pour les générations à venir. La réalisation de cette œuvre nous offre déjà des chemins riches d’un point de vue humain, par les rencontres, par la découverte d’une partie de la vie politique belge, par la participation, même si ce n’est qu’un grain de sable, à la création du patrimoine européen.

Séances de pose de l’ancien Premier ministre à notre atelier à Muret, au sud de Toulouse. Deux séances ont été nécessaires pour mieux appréhender la personnalité originale de Monsieur Di Rupo. Serein et élégant, il surprend par sa culture et son énergie, et par des mouvements de joie se superposant par instants à une fine discrétion

Beauté ou vanité

Beauté ou vanité

Si on se demande quelle est la base du travail d’un sculpteur, on aurait tort de croire que c’est la matière. Un sculpteur travaille avec la lumière. J’ai dû utiliser des spatules, des marteaux, des gouges, des postes à souder, des disques abrasifs, sur du bois, de la pierre, du marbre, de l’argile, du fer… pour comprendre qu’à la fin, c’était de la lumière dont il était question. L’ombre et la lumière. C’est la base de mon travail.

Pour un écrivain, ce n’est pas les mots, comme on aurait tendance à croire. Si c’était le cas, un roman ne pourrait pas être traduit dans une autre langue. Et si on voulait acheter un roman pour ses mots, on ferait mieux d’acheter un dictionnaire, qui en a davantage.

C’est plutôt le sens. Les écrivaines (et bien sûr, les écrivains aussi, si l’on exclut dans le mot écrivains les écrivaines) se basent sur le sens des mots pour construire toute une chaîne de réactions qui touchent les profondeurs de l’être humain.

Récemment, j’ai réalisé en argile (pour le couler ensuite en bronze) le buste d’un homme qui a un regard très particulier. C’est un mélange d’assurance, de sérénité, et de curiosité. C’est comme si avec l’âge, cet homme avait réussi à garder l’émerveillement de l’enfance tout en cultivant une distance, un scepticisme contrôlé, envers ses interlocuteurs.

Mon but en tant que sculpteur, c’est de traduire dans la matière ce que je capte de ses mouvements infinitésimaux, de ses traits sculptés avec le temps, de ses mots, de ses attentes. Il faut que les observateurs de l’oeuvre se disent : « C’est bien son expression, son regard… on dirait qu’il va parler ». C’est-à-dire, qu’ils le reconnaissent dans son essence, et qu’ils trouvent le portrait « vivant ». Il ne s’agit pas de réaliser une copie exacte de ses traits, autrement celui qui commande le portrait aurait choisi une impression 3D.

A la fin du XIXe siècle et au début du XXIe, tout le monde a cru que c’était la fin la peinture, car l’arrivée de la photo semblait mettre en péril le travail des peintres. Très vite les gens se sont rendu compte que la « magie » de la peinture ne se trouvait pas dans la ressemblance exacte, mais dans le talent de l’artiste au moment de traduire la lumière et les couleurs sur une toile. Même la photographie a fait son propre chemin loin d’une recherche de ressemblance, puisque celle-ci était donnée pour acquise. Elle s’est centrée sur la beauté de la lumière, sur l’instant de l’expression, sur l’accent des ombres, sur la composition…

De son côté, la peinture s’est trouvé libérée de la copie exacte du modèle : les artistes ont compris que le but de l’art n’est pas de reproduire la nature, mais de trouver sa beauté cachée.

Deux sœurs, marbre de Carrare. Ombre et Lumière.

Post-confinement

Post-confinement


Le confinement a pris fin par étapes, pour arriver à une situation presque normale. En principe, on devrait continuer les gestes barrière et certaines restrictions, mais les gens reprennent très vite, peut-être trop vite, la vie qu’ils avaient quittée il y a quelques mois.

Pour nous en tant qu’artistes, la différence entre le confinement et l’étape actuelle est légèrement d’une autre nature : on vivait déjà confinés d’une certaine façon, puisqu’on ne voyait presque personne, mais à partir du retour de la société à l’activité pré-coronavirus les choses se sont chargées de nouveau de freins, de peurs, de normes, d’attitudes artificielles.

Pendant le confinement, la Poétesse et moi avons réussi à retrouver une liberté douce et intense, nécessaire pour créer. Les médias se sont centrés sur le coronavirus et ont laissé de côté tous les sujets à la mode qui vendaient bien. Personne ne s’intéressait plus aux faits divers, aux affaires sociétales, aux conflits entre les sexes. La mort prenait une place plus importante. La vie reprenait sa dimension extrême, celle de fugacité et de fragilité et d’une recherche de sens profonde. Nous pouvions créer sans distractions. Évidemment les liens avec d´autres humains nous manquaient, surtout avec la famille et nos amis, mais la paix de l’esprit dans ce silence médiatique nous permettait une expression totale de notre énergie vitale, sans limites extérieures.

J’ai appris récemment que ceux qui ont eu un traumatisme crânien peuvent avoir des réactions « anormales », c’est à dire en dehors de la norme… dans mon cas, j’ai vite compris que ma difficulté à communiquer en direct, ma méfiance de la parole, venait de cela. Mon incapacité de donner une structure mentale au temps, ma façon de vivre de façon très naturelle et d’avoir constamment les sentiments à fleur de peau peuvent faire partie des caractéristiques de ceux qui ont subi un accident de cette nature.

D’un côté, cette information m’a rassuré puisque je comprenais mieux une différence que depuis toujours je percevais clairement entre ma personnalité et celle des autres. Avant je l’attribuais au fait d’être artiste. Maintenant j’attribue mon choix d’une vie d’artiste à la nature de mon caractère, un peu dévoilée et peut-être accentuée par l’accident vécu dans mon enfance. Qui arrive le premier, la poule ou l’œuf ?

D’autre part j’ai senti la fatalité de la chose. Serais-je juste le produit d’un accident de vélo ? Ma vie d’artiste réduite à cette simple explication ?

Heureusement la Poétesse m’a poussé à dépasser ce pessimisme fataliste en me proposant un raisonnement qui incluait les deux explications à ma vie d’artiste : j’étais déjà sans doute sur une voie tournée vers l’art à partir de ma propre nature et de ma propre vie (avec toute l’influence inévitable de l’extérieur), quand mon être a ouvert la possibilité de cet accident d’une façon ou une autre.

Peut-être pas vers l’art, car j’étais un gamin, mais vers une perception particulière de la réalité. Mon côté « étrange » vient d’avant l’accident, c’est vrai. Enfant hypersensible, timide, observateur, asocial… après l’accident, l’énergie en moi s’est libérée en quelque sorte. Le lobe frontal a mis moins de freins et je suis devenu plus ouvert.

Pourquoi je parle de tout cela dans un texte traitant du confinement ? Justement, parce que de nouveau j’étais isolé du monde, avec ma compagne et notre chienne, loin des normes, loin du bruit du monde, sans rôle à jouer, ce qui m’a amené dans un état semblable à celui où j’étais avant mon accident, il y a des décennies, avant que je sois poussé à une vie sociale que je ne maîtrisais pas.

La vie est complexe. Tout le monde trouve une voie ou une autre pour survivre. Nous avons choisi l’art et ça marche à peu près comme il faut. Je trouve un équilibre entre ma nature sans carapace, mon empathie involontaire, mon envie de communication totale, corporelle et intellectuelle, et de l’autre côté, les normes sociales, les choses pratiques, le temps linéaire, les obligations quotidiennes. Et tout cela dans une harmonie rendue possible par l’amour.

Autoportrait en marbre d’Arudy
Eugène Viollet-le-Duc

Eugène Viollet-le-Duc

Je profite de ce moment de tranquillité après une semaine de lutte, avec l’aide de la Poétesse, contre une rechute de pneumonie pour écrire quelques mots. Il s’agit d’une tranquillité relative : d’un côté, les bactéries restent à l’affût d’une erreur de ma part pour attaquer de nouveau (si je sors dans le froid ou si je me mets à travailler la pierre), et de l’autre, le stress du retard dans mon travail me gâche légèrement ces minutes de flottement dans le temps, mais la paix retrouvée de me savoir bientôt debout me réjouit profondément.

Je me rends compte que je n’ai pas parlé d’un buste que nous venons de livrer au sud de Paris, à une heure de la Ville lumière. Pourtant c’est une œuvre qui a une importance particulière pour nous. Ce personnage historique complète le trio qui s’est soucié du patrimoine de la France : Victor Hugo, Prosper Mérimée et, le buste en question, Eugène Viollet-le-Duc. Le premier est encore exposé à Martres-Tolosane (l’exposition s’est terminée le 22 décembre, mais elle est en place jusqu’à ce soir pour des ouvertures privées ou sur rendez-vous). Le deuxième est celui que j’ai réalisé lors du Salon du Patrimoine au Louvre (pour les démonstrations programmées sur notre stand). Et le troisième fait partie maintenant d’une collection privée du cabinet d’architecte Ædificio.

J’ai hâte de me lever pour reprendre contact avec la matière. Je me sens loin de tout dans notre petit paradis. Il est temps de retoucher la terre.

« Je crois qu’il est dans ma destinée de tailler mon chemin dans le roc ; car je ne pourrais suivre celui pratiqué par les autres ». Eugène Viollet-le-Duc

Victor Hugo et le Patrimoine

Victor Hugo et le Patrimoine

Victor Hugo sous le feu de la patine

Victor Hugo écrit au sujet de la sculpture dans un passage de Notre Dame de Paris. Il explique qu’elle constituait la base du langage utilisé par l’Histoire. Chaque monument de nos villes possédait une information essentielle pour comprendre une époque. La sculpture liée à l’architecture organisait notre mémoire. Jusqu’au jour où l’imprimerie de Gutenberg est arrivée : le papier remplace la pierre. Une production bien plus importante en quantité et en diffusion se développe. C’est la mort des cathédrales. 


Etant donné qu’il en parle en tant qu’écrivain, on peut se dire qu’il se réjouit de ce changement. L’importance que prend le livre est positive pour lui. Mais aujourd’hui, qu’est-ce qu’il dirait de notre révolution numérique ? La quantité d’information, de « data », s’est multipliée exponentiellement. Bien plus importante que celle que le papier transmet. Mais sans matière. Et bien plus vulnérable en termes de pérennité que l’imprimerie. Il suffirait pour ceux qui veulent arrêter notre progrès, de s’attaquer aux câbles optiques, aux satellites, aux serveurs pour tout détruire. Il ne resterait rien. Notre mémoire humaine repose sur une électronique assez fragile. 


Et notre rôle dans tout cela ? Ce que nous faisons s’inscrit dans le virtuel d’une façon ou d’une autre. La petite reconnaissance que notre travail artistique trouve, c’est grâce à cette révolution, pas à la matière. Le public qui découvre nos œuvres sur des écrans est bien plus nombreux que celui qui vient à l’atelier ou dans nos expositions. 
Certains artistes finissent par oublier l’aspect matériel pour se consacrer à la promotion virtuelle. Nous considérons que c’est une erreur. La matière doit rester au centre de la création. Même pour la musique, à la base, il doit y avoir un instrument.


Nous travaillons en même temps avec les mots, avec les images, avec les vidéos, et avec la pierre. Nous cherchons à mieux comprendre le rapport de l’humain avec sa forme terrestre et spirituelle. Le lien entre les deux. Le pont entre l’esprit et la chair. 


La sculpture revient sur la scène de nos sociétés fatiguées du vide laissé par la dépendance que nous avons de la data, des données. Le cerveau humain adore gérer la quantité infinie d’information à laquelle il se trouve soumis sur nos écrans. Mais quand ceux-ci s’éteignent, un vide terrifiant nous envahit. On cherche une nouvelle forme de pérennité. Les selfies, cette manie moderne qu’on voit partout, dans les musées, devant les monuments, aux restaurants, dans les événements publics et même dans les cimetières, sont un symptôme de cela. Nous voudrions laisser des traces de notre passage sur Terre. Mais c’est inévitable : tout le monde commence à se rendre compte que ces images sont juste des gouttes dans un océan. Nos traces sont insignifiantes.


La matière reprend de l’importance dans la conscience collective.
A ce propos, nous allons exposer au Salon du Patrimoine au Louvre à la fin du mois (salle Gabriel stand A20). Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à nous demander une invitation à artiste@art-france.fr. Autrement, les portes sont ouvertes au public (11 euros l’entrée). 

Je reprends mon blog, oublié ces derniers temps d’angoisses variées et étranges. Nous reprenons la construction de notre monde, virtuel et moins virtuel. L’énergie créatrice est de retour. Bientôt un article consacré au Salon International du Patrimoine Culturel où nous participons.

Pin It on Pinterest