Prix de sculpture, de l’Académie du Languedoc

Prix de sculpture, de l’Académie du Languedoc

J’ai eu l’honneur de recevoir de la part de l’Académie du Languedoc le prix de sculpture. Je publie ici, dans mon journal de sculpteur, le discours prononcé à cette occasion. C’est une de ces journées qui marquent le chemin d’un artiste. 

 

Je suis conscient que j’ai abandonné l’écriture de ce journal, que je reprends aujourd’hui. La tâche est lourde, car plusieurs événements importants ont eu lieu. Commençons par ce prix qui marque symboliquement un quart de siècle passé dans la région toulousaine. Une reconnaissance qui ouvrira, comme je le dis dans le discours, des possibilités de créer des œuvres pour la région Occitanie. 

 

Prix Georges Guiraud 

 

Pour un sculpteur de mon genre, c’est à dire un peu ermite, c’est étrange de se trouver devant plus de 150 personnes pour recevoir un prix d’une institution si prestigieuse, l’Académie du Languedoc.  

La vie d’artiste comporte une bonne dose de risques, c’est un cliché. Mais on parle moins de la récompense qui vient avec le fait d’avoir choisi un chemin compliqué. C’est une sorte de satisfaction, celle que l’on ressent quand on arrive à se construire et puis à se dépasser. À force d’essayer, de chercher, d’expérimenter, de trouver, on arrive un jour à se rendre compte que ce n’était pas en vain. L’oeuvre est là, détachée de nous, elle prend sa place dans le monde.

 

La reconnaissance sociale fait partie de cette récompense. Ce n’est pas une chose que l’on cherche ou que l’on attend, mais quand elle arrive, elle est bienvenue parce qu’elle permet d’ouvrir des portes vers de nouveaux projets. Car c’est ça au fond l’envie profonde des artistes, créer le plus possible.

 

Ce prix Georges Guiraud, que j’ai l’honneur de recevoir ce soir, et qui est très significatif pour moi, symbolise une nouvelle clef magique qui ouvrira des portes vers de nouvelles créations. Il couronne un chemin que j’ai emprunté il y’a 15 ans, celui de la sculpture (avant j’étais peintre, j’avais mon petit atelier à côté de la Daurade). Il récompense une œuvre réalisée en couple. Rien de tout ce que j’ai créé n’aurait été possible sans la présence de Juliette Marne, poétesse et muse, écrivaine et PDG de notre atelier de création.

 

Actuellement nous réalisons une deuxième œuvre pour le Père-Lachaise. La première est déjà installée. Elle se trouve dans le carré romantique, La Pharaonne, une femme en marbre d’un mètre 80. Cette fois, Il s’agit de deux sculptures qui seront placées sur un monument de 40 tonnes de marbre de Carrare pour honorer la vie d’un homme qui est parti de rien et qui a fondé une entreprise, de 3000 salariés aujourd’hui… il s’agit de quelqu’un qui a su prendre des risques, qui s’est construit et qui a su se dépasser.

 

L’autre réalisation que nous sommes en train d’accomplir est une sculpture pour le Parlement d’un pays européen, celle d’un homme politique, lui aussi parti de rien pour arriver à la tête d’un gouvernement. Nous en parlerons après l’inauguration, au printemps prochain.

 

Pour finir, quelques mots sur les deux bustes que nous avons apportés. Pourquoi ces deux œuvres d’époques si différentes ? Deux monstres sacrés de la littérature.

Houellebecq. Quoi que l’on pense de lui, on ne peut pas nier sa capacité d’incarner les maux de notre société. C’est l’écrivain français le plus lu au monde. Pour moi, en tant que sculpteur, son visage représente la décadence que l’humanité est en train de traverser. Rien qu’à voir son expression, on ressent tout le poids qu’implique le fait d’être le témoin lucide d’une société en manque de sens.

 

Victor Hugo, parce qu’il représente pour nous, outre le fait d’occuper une place centrale dans la littérature, un lien avec le patrimoine. C’est lui qui a sauvé Notre-Dame ! Pour la petite histoire : le hasard veut que ce buste, que je venais de réaliser avant l’incendie de Notre-Dame, se trouvait à la fonderie sous les flammes lors de son passage au bronze, en même temps que les pompiers étaient en train d’éteindre l’incendie de la cathédrale.

 

Merci au Dr. Jean-François Gourdou et à l’académie du Languedoc pour leur intérêt porté à notre travail. De notre côté, nous nous engageons à participer à la création du patrimoine de demain de notre région, de notre pays, et pourquoi pas, de l’Europe.

Dylan

Après un silence prolongé, voici une vidéo de ces derniers mois, où notre énergie et notre temps se sont centrés autour de la création de la sculpture de Dylan. Plus de neuf mois d’intenses émotions, d’efforts physiques, d’échanges riches, d’apprentissage, et d’une certaine sagesse que ce projet nous a apportée. En plus de l’aspect humain, dans le domaine artistique, sculpter le marbre nous a menés à une forme d’existence hors du temps. La sculpture est partie à Marseille. L’atelier s’est tout à coup vidé. Un poème est né de la plume de la Poétesse. Les nouveaux projets prennent forme. Et nous, nous essayons de reprendre notre vie quotidienne…

Au fond, je crois que notre vie est celle dictée par le marbre, scandée par les vers.

Paradis blanc

Paradis blanc

Normalement, avec le confinement je devrais avoir plus de temps pour écrire ce journal de sculpture, mais depuis que j’ai commencé un nouveau projet en marbre, je finis mes journées en état de compote ; alors je n’arrive plus à lever les mains pour écrire. Et le cerveau reste dans la pierre, comme s’il s’était transformé en poussière blanche pour bien s’adapter à ce beau bloc de Carrare de plus d’une tonne qui se laisse dégrossir jusqu’à la surface d’un corps caché à l’intérieur. 

Mes journées passent à un rythme nouveau, le temps disparaît (s’il a jamais existé pour moi), et les heures sont marquées seulement par ce soleil hésitant qui reste si peu avant que le vent froid le pousse à l’ouest et amène les étoiles. Si une personne passait devant l’atelier de pierre, elle verrait une espèce de cosmonaute (j’enfile une combinaison de ski pour éviter le froid) dans son propre paradis blanc en train de ciseler un gros bloc de pierre qui laisse deviner déjà la naissance d’un corps.

La Terre tourne et la vie continue malgré ce confinement qui atomise les vies de la société en petites capsules reliées par des médias sans direction, peureuses, vidées de force, incapables de se positionner face à une réalité si différente. La Poétesse poétise, moi, je sculpte, et notre chienne surveille le mouvement extérieur comme si elle attendait quelqu’un qui viendrait nous rendre visite. Nos repas tardifs, une fois que la lumière s’en va, gargantuesques et délicieux, marquent la fin de nos journées. Parfois on jette un coup d’oeil aux infos (plutôt d’oreille), juste pour nous rassurer : le monde est toujours là, dehors. La météo annonce tous les jours une nouvelle perturbation et l’expression « Covid 19 » commence à se raréfier. Nous nous donnons le droit de nous reposer et de croire que demain, ce « demain » qu’on n’arrive pas à définir, va toujours arriver, avec son lot de mystère et d’espoir. 

Dernière sculpture en pierre. « La belle et la bête bicéphale ». Pierre de Saintonge, 90 cm de hauteur.

La Poétesse présente cette œuvre sur notre galerie virtuelle Kazoart avec ces mots :

« Le sculpteur joue ici sur les contrastes entre les sexes pour offrir une vision contemporaine de l’antique satyre. Le faune aux deux visages enveloppe et retient une femme prise entre la douleur et l’extase. Comique et sérieux s’interpénètrent dans cette œuvre où l’on lit aussi de la force et de la tendresse. Les satyres, compagnons de Dionysos, étaient reliés aux plaisirs du vin, de la bonne chère et de la chair. Dans une société où le contrôle de soi est une injonction omniprésente, cette Belle et ses Bêtes nous rappellent que l’être humain n’est complet que lorsqu’il harmonise en soi l’animal et l’homme. En cela, le satyre représente aussi tout ce qui nous fait peur, autour de nous mais surtout en nous, et dont on préfèrerait détourner le regard alors que son énergie, bien canalisée, est l’une des principales sources de notre créativité et de notre joie de vivre. »

Le plan du Père-Lachaise

Le plan du Père-Lachaise

Ce plan du cimetière du Père-Lachaise a servi de guide à des millions de personnes qui sont venues à Paris du monde entier avant la pandémie. Elles s’en servaient pour localiser les tombes ou les sculptures les plus célèbres.

Le fait qu ‘aujourd’hui il puisse guider celles qui souhaitent découvrir La Pharaonne, c’est-à-dire la grande sculpture en marbre que nous avons livrée il y a plus d ‘un an suite à une commande assez mystérieuse, est pour moi quelque chose d’émouvant.



Quand j’avais à peine 13 ans j’ai suivi ce plan. Je ne me rappelle pas les tombes que j’ai voulu découvrir ; à l’époque je n’avais pas une notion claire de ce que la mort signifiait, et encore moins, une connaissance des artistes, politiciens, écrivains, poètes, scientifiques et d’autres savants qui allaient jouer un rôle important dans mon évolution en tant que sculpteur.

Pour moi, ce plan n’était que la représentation d’un labyrinthe truffé de vieilles pierres cassées servant à couvrir des cadavres dont les noms m’évoquaient une vague notion d’Histoire. Comment aurais-je pu imaginer à l’époque qu’il me rendrait service un jour pour trouver une œuvre réalisée par mes mains ? À cet âge-là, je n’envisageais pas encore de devenir artiste.

Aujourd’hui, après trente ans de création, la Poétesse et moi nous permettons de savourer une petite fenêtre qui s’ouvre vers tous ces gens que nous considérons comme nos maîtres et parfois comme des amis et qui ne sont plus de ce monde.

Ce marbre encore éclatant de lumière contraste avec la noirceur propre aux cimetières. La Pharaonne va donner son premier pas dans l´obscurité, dans une ambiance de paix et de vie. Oui, dans un cimetière on aperçoit la vie de façon plus limpide…..

Post-confinement

Post-confinement


Le confinement a pris fin par étapes, pour arriver à une situation presque normale. En principe, on devrait continuer les gestes barrière et certaines restrictions, mais les gens reprennent très vite, peut-être trop vite, la vie qu’ils avaient quittée il y a quelques mois.

Pour nous en tant qu’artistes, la différence entre le confinement et l’étape actuelle est légèrement d’une autre nature : on vivait déjà confinés d’une certaine façon, puisqu’on ne voyait presque personne, mais à partir du retour de la société à l’activité pré-coronavirus les choses se sont chargées de nouveau de freins, de peurs, de normes, d’attitudes artificielles.

Pendant le confinement, la Poétesse et moi avons réussi à retrouver une liberté douce et intense, nécessaire pour créer. Les médias se sont centrés sur le coronavirus et ont laissé de côté tous les sujets à la mode qui vendaient bien. Personne ne s’intéressait plus aux faits divers, aux affaires sociétales, aux conflits entre les sexes. La mort prenait une place plus importante. La vie reprenait sa dimension extrême, celle de fugacité et de fragilité et d’une recherche de sens profonde. Nous pouvions créer sans distractions. Évidemment les liens avec d´autres humains nous manquaient, surtout avec la famille et nos amis, mais la paix de l’esprit dans ce silence médiatique nous permettait une expression totale de notre énergie vitale, sans limites extérieures.

J’ai appris récemment que ceux qui ont eu un traumatisme crânien peuvent avoir des réactions « anormales », c’est à dire en dehors de la norme… dans mon cas, j’ai vite compris que ma difficulté à communiquer en direct, ma méfiance de la parole, venait de cela. Mon incapacité de donner une structure mentale au temps, ma façon de vivre de façon très naturelle et d’avoir constamment les sentiments à fleur de peau peuvent faire partie des caractéristiques de ceux qui ont subi un accident de cette nature.

D’un côté, cette information m’a rassuré puisque je comprenais mieux une différence que depuis toujours je percevais clairement entre ma personnalité et celle des autres. Avant je l’attribuais au fait d’être artiste. Maintenant j’attribue mon choix d’une vie d’artiste à la nature de mon caractère, un peu dévoilée et peut-être accentuée par l’accident vécu dans mon enfance. Qui arrive le premier, la poule ou l’œuf ?

D’autre part j’ai senti la fatalité de la chose. Serais-je juste le produit d’un accident de vélo ? Ma vie d’artiste réduite à cette simple explication ?

Heureusement la Poétesse m’a poussé à dépasser ce pessimisme fataliste en me proposant un raisonnement qui incluait les deux explications à ma vie d’artiste : j’étais déjà sans doute sur une voie tournée vers l’art à partir de ma propre nature et de ma propre vie (avec toute l’influence inévitable de l’extérieur), quand mon être a ouvert la possibilité de cet accident d’une façon ou une autre.

Peut-être pas vers l’art, car j’étais un gamin, mais vers une perception particulière de la réalité. Mon côté « étrange » vient d’avant l’accident, c’est vrai. Enfant hypersensible, timide, observateur, asocial… après l’accident, l’énergie en moi s’est libérée en quelque sorte. Le lobe frontal a mis moins de freins et je suis devenu plus ouvert.

Pourquoi je parle de tout cela dans un texte traitant du confinement ? Justement, parce que de nouveau j’étais isolé du monde, avec ma compagne et notre chienne, loin des normes, loin du bruit du monde, sans rôle à jouer, ce qui m’a amené dans un état semblable à celui où j’étais avant mon accident, il y a des décennies, avant que je sois poussé à une vie sociale que je ne maîtrisais pas.

La vie est complexe. Tout le monde trouve une voie ou une autre pour survivre. Nous avons choisi l’art et ça marche à peu près comme il faut. Je trouve un équilibre entre ma nature sans carapace, mon empathie involontaire, mon envie de communication totale, corporelle et intellectuelle, et de l’autre côté, les normes sociales, les choses pratiques, le temps linéaire, les obligations quotidiennes. Et tout cela dans une harmonie rendue possible par l’amour.

Autoportrait en marbre d’Arudy
Confinés au présent, nous nous sommes nourris du passé pour créer l’art de demain

Confinés au présent, nous nous sommes nourris du passé pour créer l’art de demain

(ARTICLE DE LA POÉTESSE)

Post-confinement. Comme pour nombre d’entre vous, les semaines passées nous ont apporté de tristes nouvelles. Des êtres proches ont disparu. Nous avons traversé l’angoisse en puisant dans les œuvres laissées par les générations antérieures la sagesse et la force nécessaires pour mieux comprendre notre présent.
La beauté intemporelle d’une œuvre d’art a une espèce de message codé qui nous libère du bruit médiatique et de l’univers anxiogène que nous traversons. Grâce à elle, nous observons la réalité avec un horizon plus vaste et une perspective différente. Nous oublions la peur et la peine, nous célébrons la création humaine.
Nos vies, nos créations se nourrissent de ces œuvres.
Pendant cette période de confinement, j’ai relu, comme beaucoup, La Peste de Camus. Il évoque l’ambiance morne et banale, le caractère non exceptionnel du fléau. Les habitants de la ville d’Oran, tous enfermés ensemble, perdent peu à peu leur capacité de ressentir, cette déshumanisation touche au plus intime, à la capacité d’aimer même…
Yasmina Reza, quant à elle, se bat contre la fuite du temps, tente désespérément de le retenir dans son récit Hammerklavier :

« Pourquoi suis-je attachée à ce livre et pas elle ? Parce que moi je connais sa valeur dans le temps. Je connais l’extension du livre. Le livre est passé et avenir. (…) Le livre est déjà cruel, il est déjà perte, déjà il raconte un monde envolé. Chaque jour il me blessera davantage. Chaque jour, il me dira que nous ne sommes plus. » Yasmina Reza

Dans les temps secoués que nous vivons, où le confinement nous ralentit tandis que s’accélèrent les catastrophes, se plonger dans ce patrimoine littéraire redonne forme et sens aux instants présents.

Nous, couple d’artistes, le sommes parce que l’art permet d’examiner les rapports entre le monde et nous. Par l’exploration méticuleuse des sens, des sentiments et de l’esprit, nous donnons forme à notre environnement et, dans le même mouvement, à nous-mêmes.
Dans les périodes de crise comme celle que nous traversons, cheminer avec l’art, toujours porteur d’un souffle nouveau, permet de garder un cap.

« L’art est une garantie de santé mentale. » Louise Bourgeois

Pendant cette période de confinement, Gérard a repris la peinture, délaissée depuis plus de dix ans. Six toiles ont vu ou revu le jour. Et dès que le printemps a ramené lumière et chaleur à l’atelier, il a repris la pierre. Six sculptures entamées avant l’hiver sont achevées.
Ces douze œuvres sont exposées, avec d’autres, sur le site Kazoart.
Ces nouveaux espaces d’exposition que sont les galeries en ligne vous permettent de découvrir tranquillement le fruit de son travail, pierres et toiles encore chaudes de la lumière de l’atelier.
Créée par une entrepreneure française, notre galerie en ligne réalise aussi un beau travail d’information par des interviews d’artistes, ou des conseils aux nouveaux collectionneurs.
Un moyen de nous soutenir pendant cette période particulière est d’aller rendre visite à l’exposition de Gérard sur cette galerie en ligne, et de le « suivre » (il aime bien se faire « suivre » 😉 ).

Juliette Marne

KAZoART


Je souhaite recevoir une fois par mois

Le Journal d'un sculpteur.

Suivre les activités artistiques de Gérard Lartigue (expos, présentations, publications, articles, inaugurations...)

Votre adresse-mail est inscrite avec succès !

Pin It on Pinterest