Michel Houellebecq à la Fonderie de Bronze Lauragaise

Aujourd’hui je parlais avec un ami de l’extrême précision qui permet à l’oeil humain d’analyser une expression sur un visage. Il suffit d’un changement presque imperceptible de la matière d’un buste, ce qui arrive souvent à la cuisson ou au séchage de l’argile, pour que l’expression perde la force qu’elle avait quand l’argile était humide. Grâce aux conseils d’un ami sculpteur, François Vandenberghe, j’ai découvert une astuce pour garder presque parfaitement l’expression originale : cuire l’argile à moins de 1000°. Avant cette étape, il suffit de faire sécher très lentement la pièce.

Je risque de me répéter sur ce journal. Ma mémoire en panne depuis ma jeunesse m’empêche de garder le souvenir de tout ce que j’écris. Et me remettre à lire mes textes serait une perte de temps. J’assume donc la répétition de certaines idées ou événements sur ces pages.

Ce matin, à la Fonderie de Bronze Lauragaise (FBL), je pensais à ce sujet et je me demandais si les étapes de cire et de fonte du bronze engendreraient aussi des changements d’expression importants, mais j’ai eu la très agréable surprise de trouver les bustes d’Alberto Giacometti et de Michel Houellebecq exactement comme je les avais réalisés. Ils avaient été ciselés avec une maîtrise totale (merci Stéphane !). Aucun défaut détecté. J’ai juste retouché un détail important : les yeux. Parfois le moule n’arrive pas à entrer dans la pupille et il y a une perte de profondeur du regard. C’est une question d’un dixième de millimètre.

Avec Clarisse on a choisi la patine. Sur les images on voit le processus. Je communique parfaitement bien avec cette jeune femme très douée pour la finition des pièces. Je vois évoluer la surface du buste de façon harmonieuse. Toute l’équipe de la fonderie s’intéresse à chaque étape du processus. Ce matin j’ai eu la sensation de me trouver immergé dans une nouvelle famille. On est tous passionnés par la création avec ce métal qui restera plus longtemps que nous tous sur Terre.

Photos de Juliette Marne, écrivaine.

 

5 réponses

  1. Avatar de TOUSSAINT
    TOUSSAINT

    Bonjour Gérard, tu es soulagé et heureux de constater que l’équipe de la fonderie a respecté minutieusement les détails de ton travail, je suis ravie pour toi. Je me demande si le principe de la cire perdue n’est pas plus précis, la cire coule partout et le moindre détail est refait. Bon, je comprends que les bronzes à la fonderie ne peuvent pas être fondus de cette façon trop fastidieux. Tu as trouvé cet endroit convivial, génial, c’est rassurant de savoir que ces gens sont attentionnés pour chaque buste. Tu vas partir à Lille et Paris serein. De mon côté, je n’ai rien fait mais opérée lundi, (…) bref, pas terrible.
    La patine a l’air bien adapté au buste, j’adore les patines; c’est souvent pour moi une étape importante
    Je te souhaite ainsi qu’à Juliette un bon séjour, enrichissant pour tous les deux, je penserai à vous.
    Très gros bisous Evelyne

  2. Toujours un réel plaisir d’échanger artistiquement, et de travailler sur vos bustes et d’être au plus juste de votre talent
    Merci à vous

    1. J’ai vraiment apprécié votre travail. On fera souvent des bustes, j’espère. Pour l’instant, ces deux-là arrivent à Paris. On va essayer de leur trouver un nouveau foyer 😉 . Merci pour votre message ! à bientôt.

  3. […] Michel Houellebecq à la Fonderie de Bronze Lauragaise […]

  4. […] Jean d’Ormesson flottant au-dessus d’une pyramide chaotique de livres, mais aussi les bustes de Michel Houellebecq, Marie NDiaye, Edgar Morin, Nelson Mandela, ou encore Victor Hugo, cet infatigable défenseur du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

79 − = 76