Sculpture sur marbre à Saint-Béat (récit d’un symposium, jour 1)

Article de Juliette Demarbre

La ligne de démarcation du soleil descend peu à peu sur la colline en face du parking Gallieni où Gérard va commencer sa sculpture, L’Inconnue, réinterprétation contemporaine d’un buste de Chiragan (Martres-Tolosane, époque romaine) :

« Donner vie, en quelque sorte, à cette femme, en l’ancrant dans le présent. »

9h12. Des galets millénaires reposent dans l’eau. Un lézard court ventre à terre le long du muret qui nous sépare du fleuve. Le doux grincement de la meuleuse s’élève et se mêle au murmure de la Garonne que surplombe une ligne de maisons semi-antiques. Un bloc de marbre blanc de 45 x 40 x 20 cm va se métamorphoser en belle femme intemporelle.

Poussière de marbre

Dans nos poumons

Aucune alarme

Le cœur tient bon

Nous irons boire au fleuve

Et puis serons lavés

Dans l’air pyrénéen brille

La poussière dépliée

Juliette Demarbre

        3 réponses

        1. Avatar de janine caperan
          janine caperan

          Ces artistes :. Le sculpteur et la poétesse

        2. Avatar de TOUSSAINT
          TOUSSAINT

          Coucou vous deux, près des pyrénées vous avez trouvé de la fraicheur, tant mieux, pour travailler dehors avec le soleil brûlant, Gérard, tu allais souffrir, je constate que ton oeuvre est bien partie, courage, bravo pour le poème de Juliette, je vous embrasse bien fort Evelyne

        3. Avatar de Flouriot Stéphane
          Flouriot Stéphane

          Chouette photo. C’est sûr que l’air doit être un peu plus frais. Je pense que les conditions de travail sont meilleures que les miennes dans mon atelier ou il fait super chaud. Bon courage. Bravo pour le texte de Juliette. Faites quand même attention aux poussières de marbre !

        Laisser un commentaire

        Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

        + 23 = 24